Navigation :Accueil/ORTHÈSE/Orthèse de membre inférieur/Orthèse cruro-pédieuse
OTTOBOX_fonctions_bt_small

Qu’est-ce qu’une orthèse cruro-pédieuse ?

Une orthèse cruro-pédieuse (KAFO) est un dispositif médical qui enveloppe la cuisse et la jambe afin de soutenir la marche et la station debout.

Ce type d’orthèse est notamment indiqué en cas d’hémiplégie, de parésie ou paralysie du membre inférieur, de paraplégie incomplète ou suite à une poliomyélite, et comporte de nombreux effets thérapeutiques en fonction des déficiences observées : déficience du quadriceps, genu recurvatum, déficience neurologique.

Le port d’une telle orthèse offre une démarche physiologique tout en empêchant une surcharge inutile.

Il existe plusieurs types d’orthèse cruro-pédieuse : orthèse avec articulation à verrou, orthèse avec articulation libre, orthèse avec articulation libre à axe déporté, orthèse avec contrôle de la phase d’appui, orthèse avec contrôle de la phase d’appui et de la phase pendulaire, etc.

Un maintien ou une correction s’effectue par un système de forces « trois points » que l’on applique sur le membre par l’intermédiaire de l’orthèse. On détermine donc la forme d’un appareil en fonction des forces mécaniques que l’on souhaite exercer. Lors de la conception de l’appareillage, l’orthésiste cherche à répondre précisément aux besoins de maintien ou de correction nécessaires, tout en intégrant les critères suivants :

  • harmonie entre les axes anatomiques et mécaniques
  • horizontalité des axes
  • harmonie entre la forme et le contour des structures orthétiques et anatomiques

Au cours d’un entretien individuel, l’orthésiste questionne le patient sur ses attentes, sur d’éventuelles zones sensibles ou encore, sur le rendu esthétique souhaité de l’appareillage.
Les orthèses cruro-pédieuses peuvent être réalisées de différentes façons : d’après un moulage ou une prise de mesures, ou à l’aide d’un scanner qui numérise le membre déficient. Un moulage est ensuite réalisé afin d’obtenir une copie en plâtre ou en mousse dense du membre à appareiller, point de démarrage de la fabrication de l’orthèse.
Afin que l’orthèse soit la plus efficace possible, elle est conçue de façon à épouser le corps du patient, en évitant toute gêne ou douleur.
Une fois l’orthèse terminée, le patient participe à une séance d’essayage pour d’éventuels ajustements.

Une orthèse cruro-pédieuse ne requiert pas forcément de rééducation, cette dernière peut en revanche être envisagée selon les cas et en accord avec le prescripteur. En effet, certains appareillages suro-pédieux font suite à des pathologies traumatiques ou neurologiques qui peuvent nécessiter un léger apprentissage de la marche avec l’appareillage. La majeure partie des patients apprennent néanmoins à utiliser leurs appareillage durant la séance d’essayage et repartent appareillés. Chaque patient étant différent, la facilité avec laquelle l’appareillage est pris en main dépend des antécédents du patient, de sa forme physique ou encore de la présence éventuelle de points douloureux lors de l’utilisation de son orthèse.

Certaines orthèses peuvent se révéler de précieux alliés lors de la rééducation et de la convalescence du patient, en permettant notamment au patient de récupérer de l’amplitude de mouvement sur un genou bloqué après une longue période d’immobilité.

Les matériaux et composants employés dans la fabrication des orthèses sont choisis en fonction des objectifs médico-techniques et des attentes du patient. Leurs propriétés ont une influence sur la flexibilité, le poids, le confort ou bien encore l’esthétisme de l’appareillage :

  • Thermoplastiques : légers et résistants, esthétique personnalisable par l’emploi de papiers transferts
  • Carbones pré-imprégnés ou fibres coulées : légers, résistants, dynamiques, esthétique harmonieuse
  • Revêtements de garnissage : lavables, bien tolérés par la peau, résistants aux déchirures, respirants
  • Composants : différents types de matériaux (dural, inox, matière plastique renforcée avec des fibres de carbone), différentes propriétés (légèreté, solidité, résistance à la corrosion), différentes fonctionnalités (verrou, axe déporté, articulation double fonction)

De nombreuses combinaisons ou modifications sont envisageables afin d’obtenir l’orthèse la plus adaptée au profil du patient (ex. : recours à un garnissage intérieur pour plus de confort, ajout de motifs pour rendre l’orthèse plus discrète ou, au contraire, plus amusante pour les enfants, conception spécifique à une pratique sportive de loisir ou de haut niveau ou à la reprise d’une activité professionnelle).

OTTOBOX_servicesrendu_bt_small

Des orthèses cruro-pédieuses pour chaque besoin

Afin de déterminer la solution la plus adaptée aux besoins du patient, de nombreux facteurs sont à prendre en compte : son niveau de déficience, sa condition physique, ses besoins spécifiques et son projet de vie. C’est pourquoi nos centres d’appareillage travaillent en étroite collaboration avec les médecins et équipes thérapeutiques.

Le niveau de déficience est un critère déterminant dans le choix d’appareillage. Les orthèses cruro-pédieuses sont ainsi généralement réparties en deux grandes familles, chacune répondant à un profil spécifique : les orthèses cruro-pédieuses de posture et les orthèses cruro-pédieuses fonctionnelles.

Retrouvez ci-dessous les orthèses cruro-pédieuses que nous proposons.

image-orthese-cruro-pedieuse-ottobock-orthopedie

Les orthèses cruro-pédieuses de posture

Généralement réalisées en plastique, les orthèses cruro-pédieuses de posture sont destinées à maintenir le segment jambier dans une position spécifique.
Elles sont indiquées dans un cadre post-traumatique ou lors d’une convalescence après une hospitalisation.
Légères, confortables, faciles à retirer et à nettoyer, elles ont une action provisoire et finissent par ne plus être utiles une fois que le patient a retrouvé l’intégralité de ses capacités physiques.

Les orthèses cruro-pédieuses fonctionnelles

Les orthèses cruro-pédieuses fonctionnelles permettent au patient de se déplacer.
Elles sont généralement prescrites suite à une pathologie telle que la poliomyélite, à des dysfonctionnements musculaires engendrés par un AVC ou encore pour pallier à des lésions nerveuses post-traumatiques.

OTTOBOX_etudescliniques_b_smallt

Processus d’appareillage

L’Humain est au cœur de notre activité, c’est pourquoi nous attachons une importance toute particulière à la qualité de notre travail ainsi qu’au service rendu à nos patients. La certification de notre entreprise selon la norme internationale ISO 13485 traduit notre engagement qualité.

Ces étapes sont représentées dans le processus d’appareillage ci-contre :

Processus d'appareillage orthese
  1. Examen du patient basé sur un entretien individuel et un examen clinique
  2. Thérapie pour une préparation optimale à l’appareillage
  3. Recommandations d’appareillage en fonction des objectifs thérapeutiques et de votre projet de vie
  4. Prise de mesures de votre membre  en vue de la fabrication de l’orthèse
  5. Fabrication de l’orthèse
  6. Essayage de l’orthèse
  7. Rééducation pour apprendre à utiliser l’orthèse
  8. Contrôle qualité pour évaluer le service rendu de l’appareillage et la satisfaction de vos attentes
  9. Contrôle continu pour veiller à votre satisfaction à long terme
Trouver votre centre d'appareillage

Informations complémentaires

Une remise en état de votre orthèse est possible avec une ordonnance délivrée par votre médecin généraliste ou spécialiste.

Nous vous conseillons de faire contrôler votre orthèse tous les 6 mois auprès de votre orthésiste afin de prévenir toute casse éventuelle.

En cas de bruit inhabituel provenant de votre orthèse, nous vous recommandons de ne pas intervenir vous-même et de contacter votre orthésiste.