Navigation:Accueil/PROTHÈSE/Prothèse de membre inférieur/Prothèse pour amputation fémorale
OTTOBOX_fonctions_bt_small

Qu’est-ce qu’une prothèse pour amputation fémorale ?

Une prothèse fémorale est destinée à remplacer le membre d’un patient ayant subi une amputation de la jambe, et plus précisément au-dessus du genou, au niveau de la cuisse.

Les raisons de l’amputation fémorale varient. Néanmoins, dans 70% à 80% des cas, l’amputation est due à une pathologie nommée artérite, qui survient à la suite d’une infection ou d’une réaction auto-immune. Les patients sujets au diabète sont 2 à 5 fois plus susceptibles de développer cette pathologie. Pour les 20% à 30% restants, l’amputation s’explique essentiellement par une malformation congénitale de type agénésie ou fait suite à un accident.

Une prothèse fémorale vise à offrir au patient un maximum d’autonomie en le soutenant dans la réalisation des tâches du quotidien, tout en lui procurant un maximum de confort.

Une prothèse fémorale est composée :

  • d’une emboîture : interface entre le moignon et les composants prothétiques, elle est réalisée en résine et sur mesure, à partir d’une empreinte plâtrée et de mesures prises sur le moignon
  • d’adaptateurs et d’éléments de liaison qui relient les différents composants prothétiques les uns aux autres
  • d’un pied et d’un genou prothétiques qui ont pour objectif de reproduire les fonctions de la jambe dans chacune des phases de la marche

La prothèse fémorale peut être associée à :

  • un recouvrement esthétique qui enveloppe l’ensemble des composants pour reproduire la forme de la jambe
  • un manchon qui sert d’interface entre le moignon et l’emboîture

La désarticulation du genou : amputation pratiquée au niveau de l’articulation du genou dans laquelle le chirurgien ôte le tibia et le péroné (ou fibula). Cette amputation préserve le fémur et laisse une longueur de moignon permettant un bon contrôle de la prothèse.

L’amputation fémorale basse : amputation pratiquée sur la partie basse du fémur dans laquelle le chirurgien ôte l’extrémité distale. Cette amputation préserve une grande partie des muscles fléchisseurs et extenseurs de la cuisse et laisse une longueur de moignon permettant un bon contrôle de la prothèse.

L’amputation fémorale moyenne : amputation pratiquée au niveau de la partie diaphysaire du fémur (le corps de l’os). Cette amputation préserve une bonne partie des muscles fléchisseurs de la cuisse mais peut entraîner un flexum de cuisse. Elle permet un contrôle correct de la prothèse.

L’amputation fémorale haute : amputation de plus de la moitié du fémur. Peu de masses musculaires sont conservées, ce qui entraîne un flexum important de la cuisse. Le contrôle de la prothèse est généralement difficile car le moignon est court.

Afin que l’appareillage fonctionne de manière optimale, le prothésiste adapte la prothèse au patient. Pour cela, il dispose d’un environnement technologique performant et d’outils lui permettant un alignement optimum, en statique comme en dynamique. Cette démarche permet de respecter au mieux les alignements naturels du corps et d’apporter le confort et la sécurité nécessaires à la maîtrise de la prothèse.
Une rééducation et un apprentissage sont primordiaux pour assurer une bonne commande de la prothèse.
Un ensemble de supports est mis à la disposition des thérapeutes afin de les accompagner dans les différentes étapes de rééducation des patients (ex. : guides comprenant des exercices à réaliser avec nos dispositifs médicaux, posters, applications mobiles, vidéos, etc.).
En parallèle ou à la suite de leur rééducation, il peut également être conseillé aux patients de s’entraîner seuls à la maison, de façon autonome. C’est la raison pour laquelle Ottobock a développé une application mobile “Fitness pour amputés” grâce à laquelle les personnes amputées du membre inférieur peuvent commencer ou reprendre progressivement une activité physique.

Chaque personne exprime des besoins différents, c’est pourquoi chaque prothèse est unique. La mission du prothésiste est de combiner un ensemble de composants prothétiques, en fonction des possibilités techniques ainsi que du profil et des attentes du patient.
Par ailleurs, l’appareillage prothétique des plus jeunes est soumis à des exigences particulières : en effet, les enfants n’ont de cesse de grandir et manifestent un désir naturel de bouger. Adapter régulièrement la prothèse à leurs changements morphologiques et à leurs activités est donc essentiel. Un appareillage précoce permet de les habituer très tôt à marcher avec une prothèse et surtout de faire travailler le corps de façon symétrique et de le préserver pendant la croissance.

OTTOBOX_servicesrendu_bt_small

Des prothèses fémorales pour chaque besoin

Offrant fonctionnalité et confort, les prothèses fémorales accompagnent le patient dans ses activités de la vie quotidienne. Des solutions spécifiques peuvent être proposées, comme la réalisation d’une prothèse fémorale adaptée à une certaine activité professionnelle (ex. : travail sur un chantier) ou encore la conception d’une prothèse fémorale dédiée à la pratique sportive (ex. : natation, vélo).

Votre profil et votre niveau d’activité sont des critères essentiels dans le choix des composants nécessaires à la réalisation de votre appareillage. Que vous ayez une mobilité faible ou que vous soyez actif, nos orthoprothésistes s’attachent à trouver la solution qui répondra le mieux à vos attentes.

image-prothese-femorale-ottobock-ortho-genou-m1

Redécouvrir son équilibre

Pour les personnes à mobilité faible à modérée qui souhaitent être autonomes chez elles, il existe des prothèses fémorales leur permettant d’effectuer les activités de la vie quotidienne.
Ce type de prothèse sécurise chacun des mouvements de l’utilisateur en offrant une compensation du déficit d’équilibre, une diminution du risque de chute et une assistance pour se lever et s’asseoir.
L’utilisateur est ainsi capable de se déplacer en intérieur, sans avoir recours à une aide à la marche.

image-prothese-femorale-ottobock-ortho-genou-m2

Relever les défis quotidiens

Pour les personnes à mobilité modérée qui souhaitent pouvoir se déplacer en extérieur, il existe des prothèses fémorales leur permettant de surmonter les obstacles du quotidien.
Ce type de prothèse s’adapte aux différentes phases du cycle de la marche de façon intuitive, quel que soit le type de terrain.
L’utilisateur est alors à-même de descendre des escaliers à pas alternés, de marcher à reculons ou sur un sol irrégulier, de changer de cadence, ou encore d’éviter les éventuelles chutes en cas de trébuchement.

image-prothese-femorale-ottobock-ortho-genou-m3

Réinventer ses possibilités

Pour les personnes actives, il existe des prothèses fémorales leur permettant de bouger naturellement sans avoir à penser à leur appareillage.
Ce type de prothèse reproduit les mouvements naturels de la marche, quel que soit le type d’activité et d’environnement.
L’utilisateur peut ainsi monter des escaliers, enjamber des obstacles ou encore passer d’une vitesse de marche à une vitesse de course.

image-prothese-femorale-ottobock-ortho-genou-m4

Explorer de nouveaux horizons

Pour les personnes actives avec des exigences spécifiques, il existe des prothèses fémorales leur offrant une totale liberté de marche.
Ce type de prothèse repose sur des matériaux ultra-résistants et présente une résistance à l’eau et à la corrosion inédite.
L’utilisateur n’a alors plus besoin de se limiter et profite pleinement de ses activités : il peut par exemple se baigner en toute sérénité.

OTTOBOX_etudescliniques_b_smallt

Processus d’appareillage

L’Humain est au cœur de notre activité, c’est pourquoi nous attachons une importance toute particulière à la qualité de notre travail ainsi qu’au service rendu à nos patients. La certification de notre entreprise selon la norme internationale ISO 13485 traduit notre engagement qualité.

Ces étapes sont représentées dans le processus d’appareillage ci-contre :

Cercle-appareillage-membre-inferieur-ottobock-ortho
  1. Examen du patient basé sur un entretien individuel et un examen clinique
  2. Thérapie pour une préparation optimale à l’appareillage
  3. Recommandations d’appareillage en fonction des objectifs thérapeutiques et de votre projet de vie
  4. Prise de mesures de votre membre résiduel en vue de la fabrication de la prothèse
  5. Fabrication de la prothèse
  6. Essayage de la prothèse
  7. Rééducation pour apprendre à utiliser la prothèse
  8. Contrôle qualité pour évaluer le service rendu de l’appareillage et la satisfaction de vos attentes
  9. Contrôle continu pour veiller à votre satisfaction à long terme
Trouver votre centre d’appareillage

Informations complémentaires

Pour obtenir une prothèse fémorale, votre médecin spécialisé doit vous délivrer une prescription médicale, précisant les spécificités de l’appareillage (type d’emboîture, choix du manchon et des principaux dispositifs, etc.).

En plus de cette prescription, vous devez également disposer de votre carte vitale à jour et, dans le cas d’un accident de travail, d’une copie de l’A.T.

Une fois le dossier complet, le centre orthopédique s’occupe des formalités administratives en relation avec à l’organisme de prise en charge. En général, un délai de 3 semaines est nécessaire pour obtenir une réponse et démarrer la réalisation de votre appareillage.

Lors du premier rendez-vous avec votre orthoprothésiste, ce dernier vous propose un appareillage adapté à vos activités quotidiennes et professionnelles ainsi qu’à votre projet de vie.

Il établit alors un devis qui est ensuite soumis à la Sécurité sociale et à votre mutuelle.

Après acceptation du devis, l’orthoprothésiste programme plusieurs rendez-vous avec vous, notamment pour prendre vos mesures, indispensables à la réalisation de votre prothèse.

Nos équipes se chargent ensuite de concevoir votre appareillage dans l’un de nos ateliers de fabrication.

Lorsque la prothèse est prête, un ou plusieurs rendez-vous peuvent être nécessaires pour l’essayage de l’appareillage et d’éventuels ajustements.

Enfin, lors de la livraison de la prothèse, l’orthoprothésiste vous donne les consignes d’utilisation et d’entretien de votre nouvel appareillage.

Lorsqu’on porte une prothèse fémorale, la peau et les tissus du moignon sont fragilisés. De plus, l’appareil empêche souvent l’air de circuler et emprisonne la sueur. Il est donc important de prendre particulièrement soin de sa peau. Il est ainsi recommandé :

  • d’inspecter minutieusement son moignon chaque jour,
  • de le laver quotidiennement avec du savon à PH neutre en rinçant abondamment pour faire disparaître toute trace de savon,
  • de prendre les mesures préconisées par votre médecin à la moindre apparition de rougeur ou d’irritation,
  • d’utiliser des crèmes hydratantes pour entretenir son moignon.

Si un bouton, une ampoule ou une plaie apparaît, nous vous recommandons de consulter votre médecin dans les plus brefs délais.

En cas de lésions au niveau de votre moignon, nous vous conseillons de consulter sans tarder votre médecin traitant ou spécialiste.

Lors de la livraison de votre prothèse fémorale, votre orthoprothésiste vous remet une notice d’utilisation spécifiant les consignes d’entretien :

  • Jersey : nettoyage quotidien à 30° (à la main ou en machine)
  • Bonnet : nettoyage tous les deux jours à 30° (à la main ou en machine)
  • Manchon : nettoyage quotidien avec de l’eau et du savon pH neutre, rinçage abondant, séchage
  • Emboîture : nettoyage quotidien avec un produit adapté, séchage la nuit
  • Bas de recouvrement : nettoyage à 30° (à la main ou en machine) quand nécessaire
  • Résines : nettoyage à l’éponge savonnée
  • Mousses couvertes de plastique : nettoyage  l’éponge savonnée

Il est possible que votre moignon maigrisse. Dans ce cas, votre orthoprothésiste peut vous proposer d’adapter votre prothèse, en utilisant par exemple des bonnets supplémentaires. N’hésitez pas à demander conseil auprès de votre orthoprothésiste.

Il est recommandé de garder le manchon sur le moignon ou le système de contention en accord avec le médecin prescripteur de votre dispositif.

Il peut être utile de faire contrôler sa prothèse fémorale une fois par an, notamment sur le plan technique. Votre orthoprothésiste s’occupe alors de réaliser les éventuelles réparations dans les meilleurs délais.

En cas de changement morphologique, une nouvelle prescription d’appareillage est nécessaire afin de procéder à l’adaptation de votre prothèse.

En cas de bruit inhabituel provenant de votre prothèse (craquement, grincement, sifflement ou autre), nous vous recommandons de ne pas intervenir vous-même et de contacter votre orthoprothésiste.